Furikomi : notre guide complet

  1. Introduction
  2. Fonctionnement des paiements Furikomi
  3. Portée de Furikomi
  4. Profil des utilisateurs de Furikomi
  5. Avantages liés à lacceptation de Furikomi
  6. Mesures de sécurité de Furikomi
  7. Accepter Furikomi comme moyen de paiement
  8. Solutions comparables à Furikomi

Au Japon, le terme « Furikomi » désigne un virement bancaire ou un transfert électronique de fonds. Ce processus permet à une personne ou à une entreprise de transférer de l'argent directement de son compte bancaire vers le compte d'une autre personne ou d'une autre entreprise. Furikomi (ou virement bancaire japonais) est très fréquemment utilisé au Japon pour diverses transactions, notamment le paiement de factures, l'achat de biens ou le transfert d'argent entre des comptes personnels. Il constitue une solution pratique pour effectuer des transactions financières sans avoir à manipuler de l'argent liquide ou des chèques.

Ce guide couvre tout ce que les entreprises doivent savoir sur Furikomi : comment cela fonctionne, qui l'utilise et pourquoi, ses coûts et frais associés, et comment l'accepter en tant que moyen de paiement.

Sommaire

  • Fonctionnement des paiements Furikomi
  • Portée de Furikomi
  • Profil des utilisateurs de Furikomi
  • Avantages de Furikomi
  • Mesures de sécurité appliquées à Furikomi
  • Accepter Furikomi comme moyen de paiement
  • Solutions comparables à Furikomi

Fonctionnement des paiements Furikomi

Les paiements Furikomi sont similaires aux autres virements bancaires effectués dans le monde entier. Le terme Furikomi désigne simplement un virement bancaire effectué à l'intérieur du Japon. Le processus pour réaliser un Furikomi est décrit ci-dessous.

  • Initiation : l'émetteur initie un Furikomi soit par le biais d'une plateforme de services bancaires en ligne, d'une application de services bancaires mobiles, d'un distributeur automatique de billets ou directement dans une agence bancaire. Pour initier une transaction, l'émetteur doit saisir le nom du bénéficiaire, la banque et l'agence, le type et le numéro de compte. Le nom du bénéficiaire doit correspondre au nom enregistré sur le compte bancaire. L'émetteur doit spécifier le montant du transfert et peut ajouter une note de référence facultative indiquant l'objet du transfert.

  • Notification des frais : la plateforme choisie informera l'émetteur des frais de transaction associés, qui varient en fonction des banques et des types de comptes concernés par le transfert. Les frais peuvent être plus élevés si les fonds sont transférés entre différentes banques ou si l'émetteur demande un délai de traitement plus court.

  • Autorisation de paiement : la banque de l'émetteur vérifie la disponibilité des fonds sur le compte de l'émetteur ainsi que l'exactitude des données du bénéficiaire. L'émetteur autorise ensuite la transaction, souvent par le biais d'une méthode sécurisée telle qu'un mot de passe, un code PIN ou une vérification biométrique.

  • Transfert de fonds : une fois l'autorisation accordée, la banque de l'émetteur transfère les fonds par voie électronique à la banque du bénéficiaire. La vitesse de traitement varie. En règle générale, les fonds sont transférés dans un délai d'un jour ouvrable, mais ce délai peut être plus long en fonction de facteurs tels que l'heure et le jour de la semaine auxquels le transfert a été initié.

  • Encaissement des fonds : la banque du bénéficiaire reçoit les fonds et les crédite sur le compte de ce dernier. Cette banque vérifie également que les fonds sont déposés sur le bon compte.

  • Confirmation du transfert : les deux parties reçoivent une confirmation de la transaction effectuée via leur application bancaire, par e-mail ou sous forme de relevé papier, selon le mode de communication qu'elles ont adopté avec leur banque.

Portée de Furikomi

Furikomi est un moyen de paiement profondément ancré dans l'environnement financier japonais. Il témoigne d'un mélange unique entre les habitudes financières traditionnelles du pays et un fort penchant pour l'innovation technologique. L'utilisation de ce moyen de paiement a été influencée par les préférences culturelles, l'infrastructure technologique et les politiques réglementaires du Japon.

La population japonaise a constamment privilégié les transactions en espèces, malgré sa réputation de société très avancée en matière de technologies. En 2022, les transactions en espèces représentaient encore environ 51 % de la valeur des paiements effectués dans les points de vente. Furikomi a été en mesure d'agir comme une passerelle entre l'argent liquide et les paiements numériques en fusionnant les structures bancaires traditionnelles et de confiance avec les développements technologiques.

Cette préférence pour les paiements en espèces n'a pas mis le Japon à l'abri de l'essor mondial des paiements numériques. La valeur totale des transactions pour les paiements numériques au Japon devrait dépasser les 397 milliards de dollars en 2024, ce qui est relativement faible par rapport à d'autres économies avancées, mais indique tout de même une évolution croissante vis-à-vis de la dépendance à l'égard de l'argent liquide. Le taux élevé de pénétration d'Internet au Japon supérieur à 90 % en 2022 et le taux de pénétration des smartphones mobiles de plus de 70 % en 2023, ont jeté les bases d'une infrastructure solide pour les paiements numériques, et les moyens de paiement comme Furikomi sont appelés à jouer un rôle majeur dans ce secteur en plein essor.

Environ 29 % de la population japonaise a plus de 65 ans, et cette population a manifesté une préférence pour Furikomi par rapport à d'autres moyens de paiement numériques. En général, les personnes plus âgées sont moins disposées à adopter les nouveaux moyens de paiement numérique, et Furikomi a tiré profit de son accessibilité, de sa familiarité et de la sécurité qu'il semble offrir. Bien que les paiements mobiles deviennent de plus en plus populaires au Japon parmi les jeunes, Furikomi a réussi à maintenir sa position dans le secteur des paiements numériques. Plus spécifiquement, les clients se fient à Furikomi pour effectuer des transactions urgentes et de grande valeur, telles que le paiement de factures ou d'achats onéreux.

Le gouvernement japonais a également favorisé le passage à des moyens de paiement numériques tels que Furikomi, dans le but d'augmenter le taux de paiements dématérialisés à 40 % d'ici à 2025. Le secteur des services de paiement électronique est principalement réglementé par l'Agence japonaise des services financiers (FSA), qui a trouvé un équilibre entre la promotion de l'innovation et la sécurité, la stabilité financière et la prévention de la fraude. Les changements législatifs, notamment l'amendement de 2017 relatif à la loi bancaire japonaise, ont également eu un impact sur Furikomi en incitant à une intégration plus poussée des services financiers.

Profil des utilisateurs de Furikomi

  • Clients particuliers
    Au Japon, des personnes de tous âges ont recours à Furikomi pour effectuer des transactions de grande valeur, séduites en partie par son niveau de sécurité et de précision ainsi que par sa capacité à confirmer immédiatement les transferts.

  • Petites et moyennes entreprises (PME)
    Les PME de divers secteurs, tels que ceux de la vente au détail et de la fabrication, s'appuient sur Furikomi pour réaliser des transactions liées à leur activité, notamment les paiements aux fournisseurs et les versements de salaires.

  • Grandes entreprises
    De grandes entreprises des secteurs de l'automobile, de l'électronique et de la finance font appel à Furikomi pour effectuer des transactions à grande échelle, des transferts interentreprises et des paiements internationaux. La popularité de ce moyen de paiement s'explique par sa capacité à traiter des sommes importantes et à s'intégrer aux systèmes bancaires des entreprises. Le secteur de l'immobilier recourt aussi fréquemment à Furikomi pour réaliser des transactions conséquentes telles que des ventes de propriétés et des contrats de location, ainsi que pour transférer des fonds entre les agences, les acheteurs et les marchands.

  • Plateformes e-commerce
    Les places de marché en ligne et les sites d'e-commerce incluent souvent Furikomi comme moyen de paiement pour les clients qui préfèrent une autre solution sécurisée par rapport aux transactions par carte bancaire et qui veulent réduire les risques de fraude en ligne.

  • Fournisseurs de services, publics ou non
    Les entreprises qui fournissent des services publics (électricité, eau et gaz) ou autres (télécommunications et internet) utilisent Furikomi pour facturer au Japon. Son processus de paiement direct, souvent automatisé, est pratique pour gérer les factures régulières et minimiser les retards de paiement.

  • Établissements d'enseignement
    Les écoles et les universités se servent de Furikomi pour percevoir les frais de scolarité, les dons ainsi que d'autres dépenses connexes.

  • Entités publiques
    Les entités gouvernementales, notamment les autorités fiscales et les municipalités locales, font appel à Furikomi pour collecter les impôts, les amendes et les autres cotisations des citoyens japonais.

Avantages liés à l'acceptation de Furikomi

Les paiements Furikomi ont des atouts communs avec les virements électroniques classiques et offrent également des avantages spécifiques au système financier et à la culture commerciale du Japon. Furikomi est profondément ancré dans la culture financière du Japon, ce qui permet aux entreprises qui l'acceptent de bénéficier de sa réputation et de sa fiabilité en tant que moyen de paiement.

Les entreprises qui acceptent les paiements par Furikomi sont susceptibles de bénéficier des avantages suivants.

  • Reconnaissance des clients : au Japon, les clients considèrent Furikomi comme un moyen de paiement de premier choix en raison de son niveau de sécurité et de sa familiarité. Les entreprises qui acceptent cette option de paiement peuvent attirer une clientèle plus large en prenant en compte cette préférence.

  • Réduction des erreurs de transaction : contrairement à certains systèmes de transfert électronique, Furikomi exige que le nom du bénéficiaire corresponde exactement au nom figurant sur son compte bancaire. Cette rigueur permet de minimiser les erreurs de transaction et la fraude.

  • Options personnalisables : en utilisant Furikomi, les entreprises peuvent personnaliser différents types de transactions, notamment des transferts classiques et récurrents ainsi que des paiements ponctuels. Cette flexibilité permet aux entreprises de gérer un ensemble de processus de paiement tels que le paiement des fournisseurs, le remboursement des clients ou la gestion des abonnements, le tout par le biais d'un seul moyen de paiement.

  • Transactions plus fluides : la plupart des clients et des entreprises au Japon sont déjà habitués à l'utilisation de Furikomi, ce qui simplifie le processus de transaction.

  • Résolution accélérée des litiges : en cas de litige ou d'erreur, la traçabilité et la nature standardisée des transactions Furikomi permettent une résolution plus rapide.

  • Amélioration de la réputation de l'entreprise : au Japon, les relations commerciales sont souvent basées sur la confiance mutuelle et la coopération à long terme. En utilisant un moyen de paiement fiable et bien établi tel que Furikomi, une entreprise peut renforcer sa réputation et montrer qu'elle s'engage à respecter les pratiques commerciales traditionnelles, ce qui peut s'avérer précieux dans le cadre de négociations et de l'établissement de partenariats.

  • Fréquence de virement prévisible : les délais de traitement prévisibles de Furikomi permettent aux entreprises de planifier leurs activités financières avec plus de précision.

  • Accessibilité numérique : Furikomi s'est adapté à l'infrastructure numérique du Japon et le service est accessible via des plateformes bancaires en ligne et mobiles. De ce fait, il s'agit d'une option appropriée pour les entreprises d'e-commerce, les entreprises à l'avant-garde du numérique, les entreprises situées dans des zones où l'accès aux services bancaires physiques est limité, et celles qui cherchent à réduire les déplacements physiques ainsi que les besoins en matière de manipulation de liquidités.

Mesures de sécurité de Furikomi

Furikomi applique plusieurs mesures de sécurité afin d'assurer des transactions sûres et fiables. Ces mesures visent à protéger l'émetteur et le bénéficiaire contre les fraudes et les erreurs. Les fonctionnalités de sécurité typiques de Furikomi sont décrites ci-dessous, bien que celles-ci varient d'une banque à l'autre.

  • Chiffrement : les transactions Furikomi utilisent généralement le protocole SSL (Secure Socket Layer) ou son successeur TLS (Transport Layer Security) pour chiffrer les données envoyées entre l'appareil de l'utilisateur et le serveur de la banque, ce qui complique l'interception et le déchiffrage des détails de la transaction par des parties non autorisées.

  • Limites de transaction : les limites de transaction pour Furikomi peuvent varier en fonction de la banque et du type de compte. Pour les comptes individuels, les limites quotidiennes sont souvent comprises entre 500 000 et 10 millions de JPY. Pour les comptes professionnels, ces limites peuvent être plus élevées. Certaines banques permettent également aux clients de fixer leurs propres limites.

  • Authentification à deux facteurs (2FA) : de nombreuses banques japonaises ont mis en place un système d'authentification à deux facteurs pour les transactions bancaires effectuées en ligne et par téléphone portable, dont Furikomi. Par conséquent, l'utilisateur soumet un mot de passe ou un code PIN accompagné d'une seconde authentification, par exemple un code d'accès à usage unique envoyé par SMS ou un token généré par un dispositif de sécurité. Certaines banques ont commencé à intégrer des systèmes d'authentification biométrique (empreintes digitales ou reconnaissance faciale) dans les applications bancaires mobiles, ce qui renforce encore plus le niveau de sécurité.

  • Contrôle en temps réel : les banques font souvent appel à des systèmes de surveillance avancés pour détecter des tendances de transaction inhabituelles qui pourraient indiquer une fraude. Les clients sont informés immédiatement de toute activité suspecte par SMS ou par e-mail, ce qui leur permet de réagir rapidement aux menaces potentielles pour la sécurité.

  • Conformité réglementaire : les banques japonaises se conforment à la loi sur les services de paiement, qui impose des mesures de sécurité, notamment des audits réguliers, le respect des lois sur la protection des données et le maintien de normes de cybersécurité élevées pour protéger les données des clients.

  • Initiatives visant à sensibiliser les clients : les banques japonaises sensibilisent activement leurs clients aux pratiques Furikomi sécurisées, en leur donnant des conseils sur les tactiques courantes d'hameçonnage, sur l'importance de préserver la confidentialité des mots de passe et des codes PIN, ainsi que sur la manière d'initier des transactions en toute sécurité.

Accepter Furikomi comme moyen de paiement

Les entreprises qui souhaitent commencer à accepter Furikomi doivent satisfaire à plusieurs conditions. Avant d'accepter ce moyen de paiement, les entreprises doivent s'assurer qu'elles comprennent la structure des frais associés et confirmer que ce moyen de paiement correspond à leurs besoins et à leurs objectifs. Les entreprises devront mettre en place un processus d'enregistrement des transactions Furikomi, de rapprochement avec leurs comptes et de gestion des divergences ou problèmes éventuels. Elles doivent également prévoir un système d'assistance à la clientèle afin de répondre à toutes les questions ou à tous les problèmes liés aux paiements Furikomi.

Les entreprises doivent présenter les fonctionnalités opérationnelles de base présentées ci-dessous pour pouvoir accepter Furikomi comme moyen de paiement.

  • Documents relatifs à l'immatriculation des entreprises : afin de pouvoir accepter Furikomi, les entreprises doivent disposer d'une preuve de leur immatriculation au Japon, par exemple une copie du certificat d'immatriculation de l'entreprise.

  • Mesures de sécurité : les entreprises doivent veiller à mettre en place des mesures de sécurité adéquates afin de protéger les données des clients, les détails des transactions ainsi que toute autre information financière sensible. Il s'agit notamment de se conformer à toutes les lois applicables en matière de protection des données.

  • Compte bancaire japonais : Furikomi est un système de virement bancaire national qui repose sur l'utilisation de numéros de comptes bancaires japonais et d'informations d'acheminement, qui sont propres aux banques japonaises. Les entreprises doivent disposer d'un compte bancaire japonais actif sur lequel elles peuvent recevoir des paiements Furikomi de la part de leurs clients.

Si une entreprise ne dispose pas d'un compte bancaire japonais mais souhaite accepter des paiements Furikomi, il existe différentes solutions possibles.

  • Partenariat avec une entité locale : une entreprise peut s'associer à une entité japonaise locale disposant d'un compte bancaire japonais. Cette entité peut recevoir des paiements Furikomi au nom de l'entreprise étrangère et transférer ensuite les fonds par le biais de circuits bancaires internationaux.

  • Travailler avec des prestataires de services de paiement internationaux : certains prestataires de services de paiement internationaux au Japon peuvent faciliter l'acceptation des paiements Furikomi pour le compte d'entreprises étrangères. Ces fournisseurs peuvent recevoir des paiements Furikomi sur leurs comptes bancaires japonais et transférer ensuite les fonds sur le compte de l'entreprise dans un autre pays.

  • Adhésion à des services de paiement internationaux : certaines institutions financières proposent des services de paiement internationaux, mais ces services peuvent être limités et s'accompagnent généralement de frais de transaction plus élevés ainsi que d'une plus grande complexité sur le plan de la réglementation. Les institutions dotées de ces services peuvent recevoir des paiements Furikomi sur leur compte bancaire japonais pour le compte d'entreprises étrangères, convertir la devise et transférer le paiement à l'entreprise.

Si l'entreprise dispose de la preuve appropriée de son immatriculation, applique des mesures de sécurité et détient un compte bancaire japonais actif ou y a accès grâce à l'une des solutions de contournement susmentionnées, elle peut commencer à accepter des paiements Furikomi, selon les modalités décrites ci-dessous.

  • Vérification du compte : tout d'abord, l'entreprise doit se soumettre à une procédure de vérification de son compte auprès de la banque. Ce processus prévoit la fourniture d'informations détaillées sur l'entreprise, telles que la nature de l'activité, les volumes de transactions prévus et des renseignements sur la propriété de l'entreprise.

  • Respecter les normes KYC (Know Your Customer) : les banques japonaises sont tenues d'adhérer à la réglementation KYC et doivent collecter des informations détaillées auprès des entreprises qui souhaitent accepter les paiements Furikomi. Les entreprises peuvent être amenées à fournir les pièces d'identité de leurs principaux propriétaires et administrateurs, ainsi que des informations sur leur structure de propriété et la nature de leurs activités.

  • Intégration des systèmes de paiement : les entreprises devront intégrer un système de traitement des paiements Furikomi. Il peut s'agir de la mise en place de logiciels ou de plateformes spécifiques capables de traiter ces transactions et de les enregistrer de manière appropriée dans les systèmes comptables de l'entreprise.

  • Configuration d'un système de notification des clients : les entreprises devront mettre en place un système pour informer les clients des détails de leur paiement pour les transactions Furikomi, notamment le numéro de compte bancaire du bénéficiaire ainsi que le nom du titulaire du compte (c'est-à-dire le nom d'entreprise tel qu'il a été enregistré auprès de la banque).

Solutions comparables à Furikomi

Bien que Furikomi, soit un moyen de paiement standard au Japon, les entreprises disposent de plusieurs autres solutions parmi les suivantes.

  • Paiements par carte bancaire : les paiements par carte bancaire sont un moyen de paiement pratique et accepté dans le monde entier par les clients tout en constituant une solution pour se passer des virements bancaires. Les entreprises peuvent traiter ces paiements via des systèmes de point de vente (PDV) ou des plateformes de paiement en ligne. Ces solutions sont particulièrement pertinentes pour les marchands et les entreprises d'e-commerce.

  • Portefeuilles et monnaie électroniques : les portefeuilles numériques ont gagné en popularité au Japon. Ce moyen de paiement permet aux clients d'effectuer des transactions rapides et sans contact directement à partir de leur smartphone. Plus spécifiquement, les entreprises qui ciblent des clients amateurs de nouvelles technologies peuvent bénéficier de l'acceptation de ce moyen de paiement.

  • Traites bancaires et chèques : bien que moins courants, les chèques et les traites bancaires sont encore utilisés pour certaines transactions commerciales au Japon, en particulier pour les paiements élevés et ponctuels. Cette option est moins pratique en raison de délais de traitement plus longs ainsi que de la nécessité de manipuler des documents papier, mais elle offre un certain niveau de sécurité.

  • Prélèvement automatique : avec les prélèvements automatiques, les entreprises prélèvent automatiquement des fonds sur les comptes bancaires de leurs clients pour effectuer des paiements récurrents. Il s'agit d'un moyen de paiement idéal pour les services par abonnement ou les systèmes de facturation réguliers, par exemple les paiements de services publics ou les frais de service mensuels.

  • Contre remboursement (CR) : au Japon, le contre remboursement est un moyen de paiement populaire pour les transactions d'e-commerce. Il permet aux clients de payer en espèces à la réception des marchandises, ce qui peut être rassurant pour ceux qui se méfient des paiements en ligne. Cependant, il requiert une logistique plus complexe qu'avec les moyens de paiement électroniques.

  • Virements bancaires : les virements bancaires sont un moyen de paiement courant pour effectuer des transactions internationales au Japon. Cependant, les frais sont plus élevés et les délais de traitement plus longs que pour les virements nationaux (comme ceux de Furikomi).

  • Prestataires de services de paiement (PSP) : les entreprises peuvent faire appel à des PSP complets tels que Stripe afin de traiter toute une gamme de moyens de paiement, notamment les paiements par carte bancaire, les paiements mobiles et les prélèvements automatiques. Les PSP offrent une solution intégrée pour gérer plusieurs moyens de paiement par le biais d'une plateforme unique.

  • Systèmes de points de vente mobiles : les systèmes de PDV mobiles permettent aux entreprises de traiter les paiements lors de leurs déplacements à l'aide d'un smartphone ou d'une tablette. Cette possibilité est particulièrement intéressante pour les petites entreprises, les boutiques éphémères ou celles qui proposent des services sur le lieu d'implantation du client.

Envie de vous lancer ?

Créez un compte et commencez à accepter des paiements rapidement, sans avoir à signer de contrat ni à fournir vos coordonnées bancaires. N'hésitez pas à nous contacter pour discuter de solutions personnalisées pour votre entreprise.