Prévention et détection de la fraude e-commerce : 16 bonnes pratiques et stratégies pour les entreprises

Radar
Radar

Fight fraud with the strength of the Stripe network.

En savoir plus 
  1. Introduction
  2. Présentation de la fraude e-commerce
  3. Types de fraude e-commerce
  4. Prévention et détection de la fraude e-commerce
    1. 1. Authentification multifacteur (MFA)
    2. 2. Machine learning et intelligence artificielle
    3. 3. Plateformes de paiement sécurisées
    4. 4. Certificats SSL et chiffrement
    5. 5. Suivi des adresses IP et géolocalisation
    6. 6. Contrôles de vitesse
    7. 7. Équipes de prévention de la fraude
    8. 8. Mises à jour et audits de sécurité réguliers
    9. 9. Formation et sensibilisation des employés
    10. 10. Éducation de la clientèle
    11. 11. Gestion des contestations de paiement
    12. 12. Contrôle des transactions et des comportements des utilisateurs
    13. 13. Mise en place de règles et de filtres de détection de la fraude
    14. 14. Utilisation de systèmes de vérification des adresses et des cartes bancaires
    15. 15. Communication avec dautres entreprises et avec les organisations du secteur
    16. 16. Utilisation des données biométriques et de lanalyse comportementale

Les entreprises qui exercent en ligne n'ont aujourd'hui d'autre choix que de sécuriser leurs plateformes et de protéger leurs clients contre la fraude e-commerce. En effet, la montée en puissance de cybercriminels avertis qui exploitent sans relâche les vulnérabilités des transactions en ligne représente une menace constante pour les entreprises comme pour les clients.

Ce guide rassemble toutes les informations utiles à destination des entreprises concernant les types de fraude auxquels elles peuvent être confrontées, ainsi que les diverses stratégies et outils qu'elles peuvent utiliser pour détecter et prévenir la fraude.

Sommaire

  • Présentation de la fraude e-commerce
  • Types de fraude e-commerce
  • Prévention et détection de la fraude e-commerce

Présentation de la fraude e-commerce

La fraude e-commerce correspond à toute activité frauduleuse ou tromperie qui survient lors de transactions en ligne et qui implique généralement le vol d'informations financières ou personnelles, des achats non autorisés ou de fausses réclamations au sujet de produits et services. Elle vise généralement les marchands en ligne, les systèmes de paiement et les clients, et peut entraîner des pertes financières, une atteinte à la réputation et une perte de confiance de la part des clients.

Types de fraude e-commerce

La fraude e-commerce prend différentes formes, en fonction de la manière dont les acteurs malveillants choisissent de cibler les entreprises et les clients. Voici un bref aperçu des principaux types de fraude e-commerce :

  • usurpation d'identité : utilisation par des criminels d'informations personnelles volées pour réaliser des achats non autorisés en ligne. Elle cause souvent des préjudices financiers aux victimes qui ne se doutent de rien ;

  • fraude à la carte bancaire : utilisation par des acteurs malveillants d'informations de cartes bancaires obtenues par divers moyens pour effectuer des transactions non autorisées. Elle entraîne des pertes financières pour les titulaires des cartes et les entreprises concernés ;

  • fraude à la contestation de paiement : contestation de transactions légitimes par des clients qui affirment qu'ils n'ont jamais effectué l'achat ou reçu les marchandises. Elle entraîne des pertes financières pour les entreprises ;

  • hameçonnage et ingénierie sociale : utilisation par des cybercriminels de techniques trompeuses pour manipuler les clients afin qu'ils révèlent des informations personnelles ou financières sensibles ou qu'ils effectuent des actions menant à des fraudes ou à des failles de sécurité ;

  • fraude par prise de contrôle de compte : accès non autorisé au compte d'une victime, souvent suite au vol de ses identifiants de connexion, afin d'effectuer des transactions frauduleuses ou de voler des informations personnelles ;

  • fraude au remboursement : exploitation des politiques et des procédures de retour d'une entreprise, qui consiste à prétendre faussement que les marchandises n'ont pas été reçues ou qu'elles ont été endommagées, afin d'obtenir injustement des remboursements ou des articles de remplacement ;

  • fraude au parrainage : détournement d'un programme marketing de parrainage de façon à générer un faux trafic, de faux clics ou de fausses ventes pour recevoir des commissions non légitimes ;

  • produits faux ou contrefaits : offre par des vendeurs d'articles de mauvaise qualité ou de contrefaçons déguisées en produits originaux. Elle a pour effet de tromper les clients et de nuire à la réputation de la marque ;

  • fraude à la livraison directe : tromperie à travers l'acceptation de paiements pour des articles qui ne seront jamais expédiés aux clients ou utilisation d'informations de cartes bancaires volées pour acheter des articles à d'autres marchands en ligne et les faire expédier directement à la victime.

En raison de la croissance rapide des achats en ligne et des transactions numériques, la fraude e-commerce constitue une préoccupation grandissante. Pour lutter contre ces menaces, les entreprises doivent par conséquent investir dans des mesures de sécurité solides, des systèmes de détection de la fraude et la formation de leurs employés en vue de minimiser le risque d'activités malveillantes, de se protéger elles-mêmes et de préserver leurs clients. Pour ce faire, elles utilisent des stratégies qui se veulent aussi variées et dynamiques que les types de fraude e-commerce.

Prévention et détection de la fraude e-commerce

Pour se protéger et protéger leurs clients des diverses menaces, les entreprises combinent les méthodes de prévention, de détection et de gestion de la fraude e-commerce. Ces méthodes sont notamment les suivantes.

1. Authentification multifacteur (MFA)

L'authentification multifacteur, également appelée authentification à deux facteurs (2FA) ou vérification en deux étapes, est un processus de sécurité qui exige des utilisateurs qu'ils fournissent au moins deux facteurs d'authentification différents pour vérifier leur identité lorsqu'ils se connectent ou réalisent une transaction sensible. L'authentification multifacteur offre une sécurité supplémentaire en rendant plus difficile l'accès d'utilisateurs non autorisés aux comptes ou aux systèmes, même s'ils sont parvenus à compromettre une première forme d'identification.

Les facteurs d'authentification se classent en trois catégories principales :

  • quelque chose qui est su : il s'agit notamment des mots de passe, des codes PIN ou des réponses aux questions de sécurité que l'utilisateur doit fournir pour prouver son identité ;
  • quelque chose qui est possédé : il s'agit d'objets ou de dispositifs physiques possédés par l'utilisateur, tels qu'un jeton matériel, un smartphone équipé d'une application d'authentification ou une carte à puce ;
  • quelque chose qui caractérise personnellement : il s'agit d'identifiants biométriques propres à l'utilisateur, tels que les empreintes digitales, les traits du visage ou la voix.

L'authentification multifacteur exige généralement de l'utilisateur qu'il combine au moins deux de ces facteurs pour obtenir un accès. Par exemple, un utilisateur peut être amené à saisir un mot de passe (chose qu'il sait), puis à fournir un code à usage unique généré par une application d'authentification sur son smartphone (chose qu'il possède). Il est beaucoup plus difficile pour les attaquants d'obtenir un accès non autorisé dans le cadre de cette approche, puisqu'elle les oblige à compromettre plusieurs facteurs d'authentification.

2. Machine learning et intelligence artificielle

Du fait de leur capacité à analyser de grandes quantités de données et à détecter des comportements et des anomalies à côté desquelles les méthodes traditionnelles risqueraient de passer, le machine learning (ML) et l'intelligence artificielle (IA) sont des outils clés de lutte contre la fraude en ligne. Ces technologies améliorent la précision et l'efficacité de la détection des éventuelles activités frauduleuses, en réduisant la dépendance à l'égard de la vérification manuelle et des systèmes fondés sur des règles.

Voici quelques exemples d'utilisation du ML et de l'IA dans le cadre de la prévention et de la détection de la fraude e-commerce :

  • détection des anomalies : les algorithmes de ML sont capables d'analyser de grandes quantités de données de transaction de façon à identifier les activités inhabituelles ou suspectes qui s'écartent des modèles établis. Les anomalies détectées sont ensuite mises en évidence avant de faire l'objet d'une enquête plus approfondie ;

  • cotation des risques : les systèmes d'IA sont à même d'attribuer des scores de risque aux transactions en fonction de divers facteurs, tels que l'historique des transactions, le comportement de l'utilisateur, la géolocalisation et les informations relatives à l'appareil utilisé. Les transactions à haut risque peuvent ainsi être mises en évidence et faire l'objet d'une vérification manuelle ou de mesures supplémentaires d'authentification ;

  • analyses prévisionnelles : l'utilisation des données historiques et l'identification d'éventuels mécanismes permettent aux modèles de ML de prédire des activités frauduleuses potentielles, ce qui permet aux entreprises de prendre des mesures proactives pour atténuer les risques ;

  • analyse des comportements : les systèmes alimentés par l'IA peuvent analyser le comportement des utilisateurs, comme la vitesse de frappe, les mouvements de la souris et les habitudes de navigation, afin d'identifier les incohérences susceptibles d'indiquer des tentatives de fraude ou de prise de contrôle de comptes ;

  • suivi en temps réel : capables de traiter de grandes quantités de données en temps réel, le ML et l'IA permettent de détecter et de gérer immédiatement les menaces potentielles ;

  • apprentissage adaptatif : l'un des principaux avantages du ML et de l'IA réside dans leur capacité à apprendre et à s'adapter aux nouvelles tendances et à l'évolution des tactiques utilisées par les acteurs malveillants. Ce processus d'apprentissage continu permet de préserver l'efficacité des systèmes de détection de la fraude au fil du temps ;

  • réduction du nombre de faux positifs : les systèmes traditionnels de détection des fraudes basés sur des règles sont susceptibles de générer un grand nombre de faux positifs, qui peuvent entraîner l'insatisfaction des clients et la perte de ventes. Le ML et l'IA améliorent la précision de la détection des fraudes en prenant en compte un plus large éventail de facteurs et en s'adaptant de manière dynamique aux nouvelles informations.

3. Plateformes de paiement sécurisées

Les plateformes de paiement sécurisées facilitent le traitement sûr des transactions en ligne entre clients, entreprises et institutions financières. Elles garantissent que les informations financières sensibles, telles que les numéros de carte et les coordonnées bancaires, sont chiffrées et transmises en toute sécurité afin d'éviter les accès non autorisés, les violations de données et la fraude.

4. Certificats SSL et chiffrement

Les certificats SSL (Secure Sockets Layer) et le chiffrement protègent les données sensibles qui sont transmises entre le navigateur d'un utilisateur et le serveur d'un site Web, garantissant que l'information reste confidentielle et protégée contre les accès non autorisés, la falsification ou l'interception.

Les certificats SSL sont des certificats numériques qui servent à authentifier l'identité d'un site Web et qui établissent une connexion chiffrée entre le navigateur de l'utilisateur et le serveur du site en question. Voici comment les certificats SSL et le chiffrement contribuent à la sécurité des communications en ligne :

  • authentification : les certificats SSL valident l'identité d'un site Web en confirmant que le nom de domaine est enregistré auprès de la bonne organisation. Cela permet aux utilisateurs de s'assurer qu'ils communiquent avec le bon site Web et non avec un imposteur malveillant ;

  • chiffrement : les certificats SSL facilitent l'utilisation d'algorithmes de chiffrement qui chiffrent en toute sécurité les données qui sont transmises entre le navigateur de l'utilisateur et le serveur du site Web. Cela garantit que les informations sensibles, telles que les identifiants de connexion, les numéros de carte bancaire et les données personnelles, restent confidentielles, sans pouvoir être interceptées ni lues par des parties non autorisées ;

  • expérience de navigation sécurisée : les sites Web dotés de certificats SSL affichent une icône de cadenas ou une barre d'adresse verte dans le navigateur de l'utilisateur, indiquant que la connexion est sécurisée. Ce repère visuel rassure les utilisateurs quant à la protection de leurs informations ;

  • confiance et crédibilité accrues : le fait de disposer d'un certificat SSL et d'utiliser le chiffrement renforce la confiance des utilisateurs en démontrant que le site Web s'engage à protéger les données et la confidentialité. Cela contribue à accroître les taux de conversion et la fidélité des clients ;

  • avantages du référencement : les moteurs de recherche tels que Google tiennent compte des certificats SSL et de la sécurité des connexions dans leurs algorithmes de classement. Les sites Web dotés de certificats SSL bénéficient ainsi d'un meilleur classement dans les moteurs de recherche, ce qui se traduit par une visibilité accrue et un trafic plus important ;

  • conformité : de nombreux secteurs et réglementations, tels que la norme PCI DSS (Payment Card Industry Data Security Standard) exigent, dans le cadre du traitement des informations relatives aux cartes bancaires, d'utiliser des certificats SSL et le chiffrement pour protéger les données sensibles.

Pour mettre en œuvre le chiffrement SSL, les propriétaires de sites Web doivent obtenir un certificat auprès d'une autorité de certification de confiance et l'installer sur leur serveur Web. Une fois l'installation effectuée, le serveur utilise le certificat SSL pour établir des connexions chiffrées avec les navigateurs des utilisateurs, garantissant ainsi la sécurité et la protection contre tout accès non autorisé de l'ensemble des données transmises.

5. Suivi des adresses IP et géolocalisation

Le suivi des adresses IP et la géolocalisation sont des techniques qui permettent de déterminer la localisation géographique d'un appareil connecté à Internet par le biais de son adresse IP (protocole Internet). Ces méthodes sont largement utilisées dans la prévention et la détection des fraudes e-commerce, car elles aident les entreprises à identifier les activités inhabituelles ou suspectes qui peuvent indiquer des transactions frauduleuses ou un accès non autorisé.

Voici comment le suivi des adresses IP et la géolocalisation contribuent à la sécurité e-commerce :

  • détection des comportements inhabituels : le contrôle des adresses IP et des données de géolocalisation peut révéler des activités suspectes, telles que de multiples transactions effectuées sur une courte période et à partir de différents endroits ou des tentatives de connexion réalisées depuis des emplacements inhabituels, qui peuvent indiquer une fraude ou des tentatives de prise de contrôle de compte ;

  • restrictions basées sur la géolocalisation : les entreprises peuvent configurer des filtres de géolocalisation de façon à bloquer les transactions ou les tentatives d'accès provenant de pays ou de régions spécifiques dans lesquels les taux de fraude sont élevés, ce qui contribue à réduire le risque d'activités frauduleuses ;

  • service de vérification d'adresse : la comparaison des données de géolocalisation d'une adresse IP avec l'adresse de facturation fournie par le client lors d'une transaction peut aider à détecter les éventuelles incohérences et à prévenir les transactions non autorisées ;

  • analyse de l'identité numérique : le suivi des adresses IP et la géolocalisation peuvent être combinés à d'autres points de données, tels que la prise d'empreinte d'appareil, de façon à créer une identité numérique plus complète pour les utilisateurs. Cela permet aux entreprises d'évaluer plus précisément le risque associé à une transaction et d'identifier les fraudes potentielles ;

  • contrôle de la vitesse de déplacement entre deux emplacements : la surveillance du délai écoulé et de la distance géographique d'une transaction ou d'une tentative de connexion à une autre peut aider à détecter les activités suspectes. Par exemple, si un utilisateur effectue dans un délai irréaliste un achat dans un premier pays, puis un autre dans un second pays, cela peut indiquer que son compte est compromis ou que les informations relatives à sa carte bancaire ont été volées ;

  • expérience utilisateur personnalisée : les données de géolocalisation peuvent être utilisées pour personnaliser le contenu, la langue et les options de devise en fonction de l'emplacement de l'utilisateur, de façon à améliorer l'expérience globale du client ;

  • conformité réglementaire : certaines entreprises sont tenues de se conformer aux lois et aux réglementations locales relatives à la confidentialité des données, à la taxation ou à la restriction de certains contenus. Le suivi des adresses IP et la géolocalisation peuvent contribuer au respect de ces exigences de conformité grâce à l'identification de l'emplacement de l'utilisateur et à l'application de règles pertinentes.

L'intégration du suivi des adresses IP et de la géolocalisation dans les stratégies de prévention et de détection des fraudes renforce les mesures de sécurité des entreprises e-commerce, réduit le risque d'activités frauduleuses et améliore l'expérience globale du client, tout en aidant les professionnels à se conformer aux réglementations locales et à offrir une expérience utilisateur plus personnalisée, qui s'appuie sur l'emplacement du client.

6. Contrôles de vitesse

Les contrôles de vitesse sont une technique de prévention et de détection de la fraude qui permet de surveiller et d'analyser la rapidité et la fréquence des transactions, des connexions ou d'autres activités en ligne associées à un utilisateur ou à un appareil en particulier. Ces contrôles permettent d'identifier les comportements inhabituels ou suspects qui sont susceptibles d'indiquer des activités frauduleuses ou des tentatives de prise de contrôle de compte. Les contrôles de vitesse peuvent être mis en œuvre à différents niveaux, notamment ceux des comptes d'utilisateurs, des adresses IP, des appareils ou des cartes bancaires.

7. Équipes de prévention de la fraude

Les équipes de prévention de la fraude élaborent et mettent en œuvre des stratégies de sécurité globales qui protègent les entreprises et les clients contre divers types de menaces en ligne. Ces équipes sont composées d'experts de domaines tels que la cybersécurité, l'analyse des données et la gestion des risques, qui collaborent à la surveillance, à la détection et à la gestion des activités frauduleuses potentielles. Il leur incombe de s'informer sur les nouvelles tendances en matière de fraude, les technologies et les bonnes pratiques afin de s'assurer que les mesures de sécurité de leur organisation restent efficaces et adaptatives.

8. Mises à jour et audits de sécurité réguliers

Les mises à jour et les audits de sécurité réguliers permettent aux entreprises d'identifier les vulnérabilités potentielles, d'évaluer l'efficacité de leurs contrôles de sécurité et de se tenir au courant des normes et des bonnes pratiques les plus récentes en la matière.

Voici un aperçu des principales étapes associées aux mises à jour et aux audits réguliers dans le domaine de l'e-commerce :

  • évaluation de la vulnérabilité : les audits de sécurité réguliers consistent à analyser et à tester les plateformes e-commerce, les infrastructures de serveur et les applications afin d'y détecter les vulnérabilités, les mauvaises configurations et les faiblesses susceptibles d'être exploitées par les cybercriminels. Ce processus aide les entreprises à hiérarchiser et à traiter les principaux problèmes de sécurité dans le but de minimiser le risque de fraude ou de violation de données ;

  • test d'intrusion : les tests d'intrusion, également connus sous le nom de piratage éthique, sont réalisés par des experts en cybersécurité qui simulent des attaques réelles afin d'évaluer l'efficacité des mesures de sécurité en place et d'identifier les axes d'amélioration ;

  • audits de conformité : les entreprises doivent s'assurer que leurs plateformes e-commerce sont conformes aux normes de sécurité pertinentes, telles que la norme PCI DSS, le règlement général sur la protection des données (RGPD) ou d'autres réglementations spécifiques à leur secteur d'activité. La réalisation régulière d'audits de conformité aide les entreprises à rester conformes et à éviter les éventuelles amendes et pénalités ;

  • vérification des politiques de sécurité : la vérification et la mise à jour régulières des politiques et des procédures de sécurité permettent aux entreprises de s'adapter à l'évolution des menaces et de s'assurer que tous les employés sont conscients de leur rôle et de leurs responsabilités dans le maintien d'un environnement e-commerce sécurisé ;

  • gestion des correctifs : une mise à jour régulière des logiciels, des plugins et des systèmes via l'application des derniers correctifs de sécurité est essentielle pour remédier aux vulnérabilités connues et réduire le risque de cyberattaques. Disposer d'un processus solide de gestion des correctifs permet de garantir l'application rapide et efficace des mises à jour, et par conséquent de limiter les temps d'indisponibilité et les problèmes de compatibilité éventuels ;

  • évaluation des fournisseurs tiers : les entreprises se doivent également d'évaluer les mesures de sécurité et la conformité des fournisseurs tiers, comme les prestataires de services de paiement ou les fournisseurs de services cloud, qui sont susceptibles d'introduire des vulnérabilités dans leur environnement e-commerce.

9. Formation et sensibilisation des employés

La formation et la sensibilisation des employés sont des éléments clés de la stratégie globale de sécurité d'une organisation, en particulier pour les entreprises e-commerce. Dans la mesure où ils manipulent souvent des données sensibles sur les clients, accèdent à des systèmes critiques et interagissent avec la clientèle, ces employés jouent un rôle important dans le maintien de la sécurité et de l'intégrité des plateformes e-commerce et des entreprises. En organisant régulièrement des formations et en sensibilisant leurs équipes aux bonnes pratiques en matière de sécurité, les organisations peuvent créer une culture de la vigilance et réduire le risque d'erreur humaine susceptible d'entraîner des incidents de sécurité ou des fraudes.

Voici quelques aspects importants qui entrent dans le cadre de la formation et de la sensibilisation des employés de l'univers e-commerce :

  • formation d'intégration : les nouveaux employés devraient recevoir une formation dans le cadre de leur processus d'intégration, afin de s'assurer qu'ils connaissent dès le départ les politiques, les procédures et les bonnes pratiques de l'organisation en matière de sécurité ;

  • apprentissage continu : la mise à jour et la consolidation régulières des formations permettent aux employés de rester informés concernant les menaces émergentes, les nouvelles technologies et l'évolution des bonnes pratiques en matière de sécurité. Cela peut passer par des ateliers ou des modules de formation en ligne ;

  • sensibilisation à l'hameçonnage : les employés doivent être formés à reconnaître et à signaler les e-mails d'hameçonnage, les attaques par ingénierie sociale, ainsi que les autres tactiques couramment utilisées par les cybercriminels pour obtenir l'accès non autorisé à des informations ou à des systèmes sensibles ;

  • pratiques strictes en matière de mots de passe : la formation des employés à la création de mots de passe uniques et forts et à l'utilisation de l'authentification multifacteur peut réduire considérablement le risque d'accès non autorisé aux systèmes e-commerce et aux données des clients ;

  • gestion des données et confidentialité : les employés doivent être formés aux bonnes pratiques en matière de traitement des données et de confidentialité, notamment à la manière de stocker, de traiter et de transmettre en toute sécurité les informations sensibles des clients et de se conformer aux réglementations relatives à la protection des données, telles que le RGPD ou la loi californienne sur la protection de la vie privée des consommateurs (California Consumer Privacy Act, CCPA) ;

  • traitement des incidents : les employés doivent connaître le plan d'intervention en cas d'incident de leur organisation et savoir quelles mesures prendre s'ils identifient une faille de sécurité ou s'ils soupçonnent une activité frauduleuse ;

  • culture de la sécurité : la promotion d'une culture de la sécurité au sein des organisations encourage les employés à assumer la responsabilité de la préservation d'un environnement e-commerce sécurisé et à signaler tout problème ou préoccupation éventuels en matière de sécurité ;

  • évaluations et mises à jour régulières : l'évaluation de l'efficacité des programmes de formation des employés et l'apport d'améliorations en fonction des retours d'expérience ou des nouveaux développements peuvent contribuer à garantir la pertinence et la qualité des supports.

Les programmes de formation et de sensibilisation des employés leur permettent d'assumer leur rôle de première ligne de défense contre les menaces de sécurité et la fraude, ce qui se traduit par un environnement d'achat en ligne plus sûr et plus fiable pour les clients et par une plus grande efficacité opérationnelle et une moindre exposition globale à la fraude.

10. Éducation de la clientèle

L'éducation des clients favorise une expérience d'achat en ligne sécurisée et les protège de la fraude e-commerce. En fournissant aux clients les informations et les outils nécessaires, les entreprises peuvent leur permettre de prendre des décisions éclairées, de protéger leurs données personnelles et de détecter les fraudes potentielles ou les menaces de sécurité.

Voici certaines des approches en matière d'éducation client susceptibles de renforcer les mesures de lutte contre la fraude e-commerce :

  • pratiques d'achat en ligne sûres : sensibilisez les clients aux pratiques d'achat en ligne sûres, telles que le fait de n'acheter que sur des sites Web réputés, de rechercher les indicateurs de sécurité tels que les certificats HTTPS et SSL, et d'éviter de réaliser des transactions en étant connecté à un réseau Wi-Fi public ;

  • bonnes habitudes en matière de mots de passe : encouragez les clients à créer des mots de passe forts et uniques pour leurs comptes et à utiliser l'authentification multifacteur dès qu'ils en ont l'occasion. Cela permet d'éviter les accès non autorisés et les prises de contrôle de comptes ;

  • reconnaissance de l'hameçonnage et de l'ingénierie sociale : apprenez à vos clients à identifier et à signaler les e-mails d'hameçonnage ou les attaques d'ingénierie sociale dont le but est de les amener à révéler des informations sensibles ou à cliquer sur des liens malveillants. Veillez à ce que vos clients comprennent vos modalités de communication avec eux ;

  • moyens de paiement sécurisés : informez les clients concernant les avantages liés à l'utilisation de moyens de paiement sécurisés, tels que les cartes bancaires ou les portefeuilles électroniques, qui offrent souvent une protection supplémentaire contre la fraude et des options de résolution des litiges ;

  • surveillance des comptes : encouragez les clients à surveiller régulièrement l'activité de leur compte, en recherchant les transactions non autorisées ou les éventuelles modifications de leurs informations personnelles ;

  • sensibilisation à la confidentialité : sensibilisez les clients à l'importance de la protection de leurs informations personnelles et à la manière dont votre entreprise traite leurs données, conformément aux réglementations relatives en vigueur ;

  • signalement des activités suspectes : fournissez aux clients des instructions claires sur la manière de signaler à votre entreprise ou aux autorités compétentes toute activité suspecte, telle que des transactions non autorisées ou des tentatives d'hameçonnage ou de prise de contrôle de compte ;

  • mises à jour de sécurité et alertes : tenez les clients informés concernant les nouvelles fonctionnalités de sécurité à leur disposition, les menaces potentielles ou les mises à jour apportées à la politique de confidentialité de votre plateforme e-commerce par le biais de newsletters, d'articles de blog ou de publications sur les réseaux sociaux.

11. Gestion des contestations de paiement

La gestion des contestations de paiement aide les entreprises à atténuer l'impact financier de ces demandes, à réduire la probabilité de futurs litiges et à maintenir une relation saine avec les prestataires de services de paiement et les réseaux de cartes. Il y a contestation de paiement lorsqu'un client s'oppose à une transaction et que les fonds lui sont restitués par la banque émettrice. Une telle situation peut survenir pour diverses raisons : transactions non autorisées, insatisfaction à l'égard du produit commandé, problèmes de livraison, etc.

Si vous souhaitez en savoir plus concernant la prévention des contestations de paiement, les articles ci-dessous devraient vous intéresser :

12. Contrôle des transactions et des comportements des utilisateurs

La surveillance des transactions et du comportement des utilisateurs permet aux entreprises d'identifier les activités suspectes et d'y répondre en temps réel. À travers le suivi et l'analyse des différents mécanismes de transaction, de tentative de connexion et d'autres actions des utilisateurs, ces entreprises peuvent en effet détecter les fraudes potentielles, les tentatives de prise de contrôle de compte et les autres menaces pour la sécurité.

Voici certains des moyens qu'elles utilisent pour contrôler les transactions et surveiller le comportement des utilisateurs :

  • cotation des risques : l'attribution de scores de risque aux transactions, sur la base de facteurs tels que le montant, l'emplacement, l'appareil utilisé et l'historique des achats, peut aider les entreprises à identifier les transactions potentiellement frauduleuses et à prendre les mesures qui s'imposent ;

  • suivi en temps réel : la surveillance continue des transactions et du comportement des utilisateurs en temps réel permet de détecter les menaces potentielles et d'y répondre rapidement, ce qui contribue à limiter les pertes financières et les atteintes à la réputation des entreprises ;

  • analyse des comportements : l'analyse du comportement des utilisateurs, notamment de leurs habitudes de navigation, des mouvements de leur souris et de leur dynamique de frappe peut aider les entreprises à identifier les potentiels acteurs malveillants ou les bots, dont le comportement peut différer considérablement de celui des véritables clients ;

  • surveillance des comptes : le contrôle régulier des comptes d'utilisateurs en vue de détecter les activités inhabituelles, telles que la multiplication des tentatives de connexion infructueuses, les modifications d'informations personnelles ou les mécanismes inhabituels de transaction, contribue à identifier les éventuelles tentatives de prise de contrôle de compte ou de fraude ;

  • surveillance multicanale : le suivi du comportement des utilisateurs sur différents canaux, tels que le Web, les appareils mobiles et les réseaux sociaux, offre aux entreprises une vision globale sur les interactions avec les clients et les potentiels mécanismes de fraude.

13. Mise en place de règles et de filtres de détection de la fraude

La mise en place de règles et de filtres de détection des fraudes aide les entreprises à identifier les activités ou les transactions potentiellement suspectes et à y répondre de manière rapide et efficace. Grâce à la définition de critères et de seuils spécifiques susceptibles d'indiquer une fraude, elles peuvent ainsi mettre en évidence ou bloquer les transactions qui correspondent à ces mécanismes.

Voici comment fonctionnent les règles et les filtres de détection de la fraude pour les entreprises e-commerce :

  • règles personnalisables : développez des règles personnalisées de détection de la fraude basées sur les facteurs de risque propres à votre entreprise, tels que le montant des transactions, les caractéristiques démographiques des clients, les types de produits et les mécanismes de fraude antérieurs. Ces règles doivent être modulables, afin de s'adapter à l'évolution des tendances en matière de fraude et des besoins de votre entreprise ;

  • seuils dynamiques : mettez en place des seuils dynamiques pour différents indicateurs de risque, tels que le montant et la fréquence des transactions ou les contrôles de vitesse. Cela vous aidera à éviter les faux positifs et à vous assurer que les transactions légitimes ne sont pas signalées à tort comme étant frauduleuses ;

  • contrôle en temps réel : appliquez des filtres et des règles de détection en temps réel de la fraude de façon à identifier et à gérer rapidement les menaces potentielles, afin de minimiser l'incidence de la fraude sur votre entreprise et vos clients ;

  • machine learning et IA : intégrez des algorithmes de machine learning et d'intelligence artificielle à votre système de détection des fraudes afin de l'entraîner en continu à partir des données historiques et de le faire évoluer en fonction des nouveaux mécanismes de fraude. Cette approche contribuera à améliorer au fil du temps la précision et l'efficacité de vos règles et de vos filtres ;

  • approche sur plusieurs niveaux : appuyez-vous sur une combinaison de règles, de filtres et d'autres techniques de prévention de la fraude, telles que le suivi des adresses IP, la géolocalisation, la prise d'empreinte d'appareil et l'authentification multifacteur, pour créer un système de détection complet et robuste ;

  • vérification et optimisation régulières : examinez et analysez régulièrement l'efficacité de vos règles et filtres de détection de la fraude, en les ajustant si nécessaire de façon à répondre aux nouvelles tendances, à réduire les faux positifs et à minimiser les répercussions pour les véritables clients ;

  • intégration à d'autres outils : intégrez vos règles et filtres de détection de la fraude à d'autres outils de prévention et de gestion des risques, tels que les plateformes de paiement sécurisées, le chiffrement SSL et les systèmes de vérification des clients, afin de créer une stratégie de sécurité complète et cohérente.

14. Utilisation de systèmes de vérification des adresses et des cartes bancaires

L'utilisation de systèmes de vérification des adresses et des cartes bancaires permet aux entreprises de confirmer l'authenticité des informations de facturation des clients et de réduire le risque de transactions frauduleuses. Ces systèmes de vérification comparent les informations fournies par le client au cours du processus de paiement avec celles qui figurent dans les registres de la banque émettrice afin de garantir la légitimité de la carte utilisée et son appartenance à la personne qui effectue l'achat.

Voici quelques stratégies de vérification des transactions à disposition des entreprises e-commerce :

  • Address verification service (AVS) : AVS est un outil utilisé par les prestataires de services de paiement pour valider les adresses de facturation fournies par les clients sur la base de celles qui figurent dans les registres de l'émetteur de leur carte bancaire. Toute transaction pour laquelle il existe une discordance est ainsi susceptible d'être signalée ou refusée, ce qui réduit le risque de fraude ;

  • code de vérification de carte (CVV) : le CVV est un dispositif de sécurité présent sur les cartes de débit et de crédit, qui prend la forme d'un code à trois - ou à quatre chiffres propre à chaque carte bancaire. En exigeant des clients qu'ils indiquent le CVV dans le cadre du processus de paiement, les entreprises peuvent vérifier que la personne à l'origine de l'achat est bien en possession physique de la carte, ce qui réduit le risque de transactions frauduleuses qui exploitent des informations de carte volées ;

  • 3D Secure (3DS) : 3D Secure constitue une couche de sécurité supplémentaire pour les transactions en ligne par carte de crédit et de débit. Il s'agit d'un processus d'authentification qui invite les clients à confirmer leur identité au moyen d'un mot de passe à usage unique ou d'une authentification biométrique, ce qui garantit que le titulaire de la carte est bien celui qui effectue l'achat. Verified by Visa de Visa, Mastercard SecureCode de Mastercard et SafeKey d'American Express comptent parmi les protocoles 3D Secure ;

  • intégration aux plateformes de paiement : l'intégration de systèmes de vérification des adresses et des cartes bancaires à votre plateforme de paiement contribue à la création d'un processus de paiement facile et sécurisé pour les clients, tout en réduisant le risque de transactions frauduleuses ;

  • juste équilibre entre sécurité et fluidité d'utilisation : si l'utilisation de systèmes de vérification des adresses et des cartes bancaires peut contribuer à prévenir la fraude, il est important de trouver le bon équilibre entre l'efficacité des mesures de sécurité et la fluidité de l'expérience utilisateur. Des processus de vérification trop stricts peuvent conduire à des refus injustifiés et à une certaine frustration du côté des clients. La révision et l'optimisation régulières de vos processus de vérification pourront vous aider à trouver le bon dosage.

15. Communication avec d'autres entreprises et avec les organisations du secteur

La communication avec d'autres entreprises et avec les organisations du secteur peut constituer une précieuse stratégie de lutte contre la fraude e-commerce. En adoptant une approche collaborative qui s'appuie sur le partage d'informations, les entreprises peuvent tirer parti de leurs expériences respectives, se faire une idée des nouvelles tendances en matière de fraude et adopter les bonnes pratiques en matière de prévention et de détection. À travers cette approche, elles contribuent à la création d'un écosystème e-commerce plus solide et plus sûr.

Par ailleurs, la participation à des forums par secteur et à des conférences, et l'adhésion à des réseaux ou à des associations de professionnels peuvent faciliter la communication et la collaboration entre les entreprises, les prestataires de services de paiement, les experts en sécurité et les organismes chargés de faire appliquer la loi. Le partage d'informations sur les mécanismes de fraude, les tactiques et les techniques d'atténuation est un bon moyen de garder une longueur d'avance sur l'évolution des menaces et d'élaborer des stratégies de prévention de la fraude plus efficaces.

Les entreprises tireront en outre parti de la collaboration avec des entités spécialisées dans la cybersécurité et avec des chercheurs en sécurité à même de leur fournir des conseils d'experts, des informations sur les menaces et des solutions de pointe pour améliorer leurs capacités de prévention et de détection de la fraude.

16. Utilisation des données biométriques et de l'analyse comportementale

L'utilisation de la biométrie et de l'analyse comportementale dans la prévention de la fraude e-commerce offre un moyen puissant et sophistiqué de vérifier l'identité des clients et de détecter les menaces potentielles. Ces technologies utilisent l'analyse des caractéristiques physiques uniques et des schémas comportementaux des utilisateurs pour les authentifier, et fournissent par conséquent une couche de sécurité supplémentaire difficile à reproduire ou à contourner pour les acteurs malveillants.

La biométrie fait référence à l'utilisation de caractéristiques physiques, telles que les empreintes digitales, les traits du visage ou la voix, pour vérifier l'identité d'un utilisateur. De nombreux smartphones et autres appareils modernes sont équipés de capteurs biométriques, ce qui permet aux clients d'utiliser ces fonctionnalités lors du processus d'authentification. Grâce à l'intégration de la biométrie à leurs mesures de sécurité, les entreprises e-commerce peuvent améliorer la précision de leurs systèmes de vérification des clients et réduire le risque d'accès non autorisé ou de prise de contrôle de compte.

L'analyse comportementale implique quant à elle l'analyse des schémas comportementaux de l'utilisateur, tels que les mouvements de sa souris, sa dynamique de frappe, ses habitudes de navigation ou le temps passé sur une page. Ces mécanismes contribuent à différencier les véritables clients des acteurs malveillants, qui présentent souvent des comportements distincts qui s'écartent de la norme. En surveillant et en analysant ces mécanismes, les entreprises e-commerce sont à même de détecter les fraudes potentielles et d'y répondre en temps réel, minimisant ainsi les pertes financières et les atteintes à leur réputation.

L'intégration de ces stratégies supplémentaires à leur cadre existant de prévention, de détection et de gestion de la fraude participe ainsi au renforcement de leurs mesures de sécurité, de leur protection, et de celle de leurs clients, contre la fraude e-commerce.

Envie de vous lancer ?

Créez un compte et commencez à accepter des paiements rapidement, sans avoir à signer de contrat ni à fournir vos coordonnées bancaires. N'hésitez pas à nous contacter pour discuter de solutions personnalisées pour votre entreprise.