Transactions avec présentation de la carte : ce que les entreprises doivent savoir

Payments
Payments

Accept payments online, in person, and around the world with a payments solution built for any business—from scaling startups to global enterprises.

Learn more 
  1. Introduction
  2. Quest-ce quune transaction avec présentation de la carte ?
    1. Exemples de transactions avec présentation de la carte
  3. Quelle est la différence entre une transaction avec présentation de la carte et une transaction sans présentation de la carte ?
  4. Les transactions avec présentation de la carte sont-elles plus sûres que les transactions sans présentation de la carte ?
  5. Frais et coûts de traitement des transactions avec présentation de la carte

En dépit de l'essor de l’e-commerce et du développement considérable des paiements en ligne, les paiements par TPE conservent un rôle essentiel dans l'économie mondiale. Non seulement les canaux de vente se diversifient avec l'évolution des paiements numériques, mais c'est la nature même des paiements par carte bancaire qui s'est complexifiée et qui a évolué au cours des dernières décennies.

Pour les entreprises qui acceptent les paiements par carte de leurs clients, que ce soit en ligne ou par TPE, ou les deux, il est important de comprendre les différences entre les transactions avec présentation de la carte (CP) et les transactions sans présentation de la carte (CNP), et de savoir comment les gérer au mieux.

Sommaire

  • Qu'est-ce qu'une transaction avec présentation de la carte ?
  • Quelle est la différence entre une transaction avec présentation de la carte et une transaction sans présentation de la carte ?
  • Les transactions avec présentation de la carte sont-elles plus sûres que les transactions sans présentation de la carte ?
  • Frais et coûts de traitement des transactions avec présentation de la carte

Qu'est-ce qu'une transaction avec présentation de la carte ?

Une transaction avec présentation de la carte fait référence à une transaction de paiement qui intervient lorsque le titulaire de la carte et la carte de paiement sont physiquement présents au moment de la transaction. Une situation habituelle dans le commerce de détail, notamment dans les épiceries et les restaurants, où le client remet sa carte de crédit ou de débit à la caisse pour effectuer son paiement.

Dans ce cas de figure, le client insère sa carte bancaire ou l’appose sur un terminal de point de vente (PDV) qui en lit les informations. La transaction est autorisée ou refusée en fonction des informations lues et des fonds ou du crédit disponibles.

Exemples de transactions avec présentation de la carte

  • Achats dans une épicerie
    Le paiement des achats effectués par un client chez un commerçant stationnaire, par exemple dans une épicerie, constitue l'exemple le plus classique d'une transaction avec présentation de la carte. Une fois que l'employé de caisse a scanné les articles du client, celui-ci présente sa carte de crédit ou de débit et l’insère ou l’appose (lorsque la carte bancaire inclut le sans contact) sur le terminal de PDV pour finaliser la transaction.

  • Paiement d'une note de restaurant
    Le paiement de la note dans un restaurant est un autre exemple de transaction avec présentation de la carte. Lorsque le serveur apporte l'addition à la table, le client lui donne sa carte de crédit ou de débit et le serveur l'emporte vers un terminal de PDV (ou utilise un terminal de PDV portable), afin de procéder à la transaction.

  • Paiement à une station-service
    Lorsqu'un client se présente dans une station-service, il peut payer à la pompe en insérant sa carte bancaire dans le lecteur de carte, sélectionner le type de carburant souhaité et se servir. Dans cet autre exemple de transaction avec présentation de la carte bancaire, le terminal de PDV est intégré à la pompe elle-même.

  • Achats chez un détaillant
    Tout comme les épiceries, les magasins de vente au détail, tels que les boutiques de vêtements, de produits électroniques ou les librairies, traitent eux aussi des transactions avec présentation de la carte. Lorsque les articles sont présentés en caisse, l'employé les scanne et utilise la carte bancaire du client pour traiter le paiement sur le terminal de PDV.

  • Achats en billetterie
    Les clients utilisent souvent leur carte de débit ou de crédit pour acheter des tickets de cinéma ou des places de spectacles directement au guichet ou à la billetterie.

  • Titres de transports publics
    De nombreux systèmes de transports publics permettent désormais à leurs clients d'utiliser le paiement par carte bancaire pour acheter des billets ou recharger des cartes de transport. Ces transactions peuvent être effectuées auprès du personnel de guichet ou aux distributeurs automatiques.

  • Paiements sans contact
    Avec l'essor de la technologie NFC (communication en champ proche) , le paiement peut se résumer à la simple mise en contact d'une carte bancaire ou d'un smartphone sur lequel fonctionne un portefeuille électronique tel qu'Apple Pay ou Google Pay, avec un terminal de PDV compatible. Des cafés aux tourniquets du métro, les transactions effectuées par le biais de paiements sans contact se généralisent.

Quelle est la différence entre une transaction avec présentation de la carte et une transaction sans présentation de la carte ?

La principale différence réside dans la présence ou l'absence physique de la carte bancaire et de son titulaire dans le point de vente lorsque la transaction est effectuée. Cette distinction a de multiples implications, notamment en matière de sécurité, de coûts des transactions et d'expérience client. Voici les principaux éléments qui diffèrent et dont les entreprises doivent tenir compte.

  • Protection contre le risque de fraude
    Généralement, les transactions CP sont considérées comme moins risquées, car l'entreprise peut vérifier physiquement la carte bancaire et, dans certains cas, l'identité de la personne qui l'utilise. Les transactions CNP, pour leur part, notamment à l'occasion des achats effectués en ligne ou par téléphone, présentent un risque plus élevé en raison de l'impossibilité pour l'entreprise de vérifier en personne l'identité du client. Pour les entreprises, cela peut conduire à la mise en place de mesures de protection contre la fraude, qui consistent par exemple à exiger la communication du code de vérification de la carte, à mettre en place une authentification à deux facteurs ou à utiliser des outils avancés de détection de la fraude.

  • Coûts de traitement
    Les prestataires de services de paiement facturent souvent des frais plus élevés pour les transactions CNP en raison du risque de fraude et de contestation de paiement plus élevé. Ces frais peuvent avoir une incidence sur le résultat net des entreprises qui traitent un grand nombre de transactions sans présentation de la carte. A contrario, les frais de traitement facturés pour les transactions CP sont généralement moins élevés.

  • Expérience client
    Le choix des transactions CP ou CNP peut également influer sur l'expérience client. Par exemple, lorsqu'elles créent une expérience de transaction CP idéale, les entreprises du commerce stationnaire doivent tenir compte d'un ensemble d'éléments qui diffèrent totalement de ceux qui contribuent à façonner la meilleure expérience de transaction CNP. Les principales préoccupations pour les transactions CNP concernent, par exemple, le temps de chargement du site Web ou la fiabilité de la plateforme de paiement, tandis que les facteurs à prendre en considération pour les transactions CP réalisées en personne concernent le temps passé dans les files d'attente, l'affluence et l'agencement du magasin.

  • Infrastructure et fonctionnement
    Les transactions CP nécessitent des systèmes de PDV physiques, qui peuvent inclure des lecteurs de cartes bancaires, des terminaux de PDV et des caisses enregistreuses. À l'inverse, les transactions CNP imposent de disposer d'une infrastructure numérique, telle qu'un site Web d’e-commerce, de plateformes de paiement sécurisées et d'applications mobiles. Les exigences n'étant pas les mêmes, le choix des transactions CP ou CNP peut avoir une incidence sur la configuration opérationnelle de l'entreprise et les coûts associés.

  • Canaux de vente
    Le choix des transactions CP ou CNP dépend également des canaux de vente de l'entreprise. Une entreprise qui, par exemple, exerce ses activités dans un environnement de vente au détail traditionnelle pourrait privilégier les transactions CP, tandis qu'une entreprise qui vend ses produits ou services en ligne se concentrera sur l'optimisation de ses processus de traitement des transactions CNP. Pour les entreprises de vente au détail les plus modernes, il n'y a aucun choix à faire. Elles ont besoin d'une stratégie de paiement globale qui intègre divers canaux de vente concernés tant par les transactions CP que CNP. Mais celles dont les ventes et leur traitement se font intégralement en ligne, telles que les entreprises SaaS (logiciel en tant que service), ne traiteront certainement jamais de transaction CP.

  • Couverture géographique
    Les transactions CNP permettent aux entreprises de s'adresser à des clients situés hors de leur zone de chalandise, et donc plus largement de vendre leurs produits ou services dans le monde entier. Cela leur impose cependant de relever de nouveaux défis, notamment le traitement des paiements internationaux et la gestion de la fraude aux paiements internationaux potentielle.

Le choix des transactions CP ou CNP, ou d'une combinaison équilibrée, est une décision stratégique que les entreprises doivent prendre sur la base de facteurs tels que leur modèle économique, les préférences de leur clientèle, leurs capacités opérationnelles, leur couverture géographique et leur tolérance au risque.

Les transactions avec présentation de la carte sont-elles plus sûres que les transactions sans présentation de la carte ?

Oui, les transactions CP sont généralement considérées comme plus sûres que les transactions CNP.

Lors d'une transaction CP, la carte de paiement et son titulaire sont présents physiquement dans le point de vente. L'entreprise peut ainsi valider la transaction de plusieurs manières. Le terminal de carte bancaire, par exemple, lit la piste magnétique ou la piste EMV, ce qui confirme la présence de la carte physique dans le point de vente. Dans de nombreux cas, le titulaire de la carte doit saisir un code PIN ou apposer sa signature pour approuver la transaction. L'entreprise peut aussi vérifier si la carte n'a pas été falsifiée et s'assurer éventuellement de l'identité de son détenteur.

Les transactions CNP, pour leur part, n'obligent pas le titulaire de la carte bancaire à la présenter physiquement (par ex. lors d'un achat en ligne ou à l'occasion d'un paiement par téléphone). Elles sont donc moins sécurisées par nature. Ces transactions imposent au titulaire de saisir manuellement les informations de la carte bancaire, ce qui présente un risque d'activité frauduleuse. La carte bancaire et son titulaire n'étant pas physiquement présents, les entreprises ne peuvent vérifier la transaction comme elles sont en capacité de le faire avec une transaction CP.

Il convient aussi de noter que les prestataires de services de paiement catégorisent souvent les transactions CNP comme étant à haut risque. Les frais de traitement facturés sont donc plus élevés. L'application de ce principe illustre le fait que le risque de fraude et de contestation de paiement associé à ces types de transactions est accru.

Néanmoins, la sécurité des transactions CNP s'est améliorée au fil des années grâce aux avancées technologiques, notamment le chiffrement, la tokenisation, l'utilisation de codes de sécurité (CVV ou CVC) ou de méthodes de vérification supplémentaires, telles que l'authentification à deux facteurs ou biométrique. Les outils et systèmes de détection de la fraude sont également devenus plus sophistiqués, ce qui permet de réduire certains risques associés aux transactions CNP.

Frais et coûts de traitement des transactions avec présentation de la carte

Les entreprises doivent payer des frais de traitement des transactions avec présentation de la carte bancaire à leurs prestataires de services de paiement (les sociétés qui gèrent le transfert des fonds des clients aux entreprises) pour chaque transaction qui implique une carte de débit ou de crédit. Ces coûts varient énormément en fonction d'un certain nombre de facteurs, tels que le prestataire de services de paiement, le type de carte bancaire utilisé pour la transaction, le secteur d'activité de l'entreprise et le volume de ses ventes. Voici quelques-uns de ces facteurs :

  • Frais d'interchange
    Ces frais sont payés par la banque de l'entreprise à la banque du client pour chaque transaction. Leur montant est fixé par les réseaux de cartes bancaires et varient en fonction de facteurs tels que le type de carte (crédit, débit, programme de fidélité associé, etc.), de transaction (commerce stationnaire ou en ligne) et d'entreprise concernée. Ils correspondent généralement à un pourcentage du montant de la transaction, auquel viennent s'ajouter des frais fixes. Pour en savoir plus sur la structure de facturation de frais transparente de Stripe, cliquez ici.

  • Frais de réseau
    Ces frais sont facturés par les réseaux de cartes (Visa, Mastercard, American Express, et Discover aux États-Unis) pour l'utilisation de leur infrastructure. Ils représentent généralement un petit pourcentage de la valeur totale d'une transaction.

  • Majoration appliquée par le prestataire
    Cette majoration facturée par le prestataire de services de paiement couvre le traitement de la transaction, le service fourni au client, la tenue du compte et autres. Elle explique souvent la différence entre les structures tarifaires d'un prestataire à l'autre. Elle peut correspondre à des frais fixes, à un pourcentage du montant de la transaction ou à une combinaison des deux.

Elle est généralement moindre pour les transactions CP que pour les transactions CNP en raison du risque de fraude et de contestation de paiement plus limité.

Les entreprises doivent comprendre cette tarification au moment de choisir un prestataire de services de paiement, car cela peut avoir une incidence non négligeable sur le coût global. Certains prestataires proposent une facturation différenciée ou groupée, tandis que d'autres proposent des formules adaptées pour lesquelles, par exemple, les frais d'interchange sont facturés directement à l'entreprise et assortis d'une majoration.

Les entreprises doivent en outre prendre en compte les coûts potentiels, tels que les frais d'équipement (lecteurs de carte bancaire ou systèmes de PDV), de plateforme de paiement (pour les transactions en ligne) et ceux facturés pour les services de gestion des contestations de paiement ou de reporting avancé.

Pour en savoir plus sur la prise en charge des paiements CP et CNP par Stripe, cliquez ici.

Envie de vous lancer ?

Créez un compte et commencez à accepter des paiements rapidement, sans avoir à signer de contrat ni à fournir vos coordonnées bancaires. N'hésitez pas à nous contacter pour discuter de solutions personnalisées pour votre entreprise.